Le SUA LG défait à Pau continue à apprendre
16-09-2008
 

Malmenés devant lors de la deuxième mi-temps, les hommes de Lanta et Deylaud ont souffert au Stade du Hameau sans pour autant jamais baisser pavillon. Résultat une défaite 27 à 15 mais un apprentissage qui se poursuit.

 

Il serait trop exagéré de résumer cette rencontre face à Pau à la fameuse maxime « Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort ». Mais plus près de la réalité, la jeune garde agenaise a certainement beaucoup appris de cette défaite, au moins autant que de sa victoire inaugurale face à Auch.

D'abord il y a eu une superbe entame de match avec un essai, mais aussi 30 minutes d'une partie équilibrée. Ensuite parce que le jeu a toujours été au rendez-vous malgré la domination quasi sans partage des Béarnais en mêlée lors du second acte. Enfin parce que les Agenais ont su conserver leur schéma de jeu et auraient pu être mieux récompensés si l'arbitre de cette rencontre n'avait sifflé un en-avant limite à Jérôme Miquel.

Voilà pour ce qui est des points positifs. Mais lors d'une défaite, il y a plus à apprendre de ses erreurs et faiblesses que des succès. Sur le jeu au sol d'abord, où les Agenais trop indisciplinés ont été très lourdement sanctionnés. Il faudra donc travailler ce secteur. Ensuite la mêlée lot et garonnaise a été largement dominée par sa vis-à-vis surtout lors du deuxième acte. Là encore, les joueurs agenais se sont replongés dans ce domaine dès lundi avec une séance vidéo très appuyée du staff. Enfin les intentions de jeu ont été parfois interrompues par des mauvais choix individuels, mais ces derniers seront gommés naturellement dans les semaines à venir par le travail collectif.

Au final cette première sortie officielle loin d'Armandie aura permis de confirmer tout à la fois les très bonnes dispositions et le potentiel de cette jeune formation agenaise mais également d'entrevoir le travail qui reste à accomplir pour figurer parmi les favoris. Cette équipe aura plus que jamais besoin de se sentir soutenu à Armandie mais également sur toutes les pelouses de France.

 
< Précédent   Suivant >
Share