Share
Agen : une victoire et un symbole
22-09-2008

Après une entame parfaitement réussie face au FC Auch à Armandie, les Agenais étaient particulièrement attendus par leur public lors d’un match annoncé comme piège contre l’US Oyonnax. Le piège a d’ailleurs bel et bien failli se refermer sur les hommes du trio Broncan, Lanta et Deylaud, mais la cohésion, la solidarité et l’envie de la formation agenaise a fait la différence.

Dans les premières minutes de cette troisième journée de Pro D2 les pensionnaires d’Armandie débutent parfaitement en mettant tout de suite la pression sur les visiteurs. Ils finissent d’ailleurs par trouver rapidement la faille avec un superbe essai de l’arrière Romain Edmond-Samuel. Après deux échecs sur ses deux premières tentatives, François Gelez de retour d’une longue blessure règle la mire et enquille les points.

Les hommes de Christophe Urios ne peuvent que constater les dégâts. Menés 13 à 3 après vingt minutes de jeu, ils sont dépassés lors de chaque offensive des bleus et blancs. On se dit alors que rien ne pourra arrêter les joueurs de la Garonne. Seulement lors que Bouillot ajuste un superbe petit coup de pied derrière le premier rideau défensif agenais et envoie son troisième ligne aile en terre promise, la donne est bouleversée. Les spectateurs se tournent vers le tableau d’affichage pour constater que les deux formations gagnent les vestiaires sur un improbable 13 à 10.

Trop maladroits ou incapables de concrétiser leurs temps forts, les locaux ne sont pas parvenus à tuer cette rencontre en première mi-temps. Le moral n’est donc pas au mieux, contrairement au vestiaire visiteur qui commence à croire en ses chances.

Les débats sont beaucoup plus équilibrés et plus rugueux lors du second acte. Les deux cartons jaunes agenais, d’abord celui de Jean Monribot puis celui d’Ace Tiatia dans les six dernières minutes auraient pu être préjudiciables à la performance collective du SUA LG mais il n’en fut rien. Comme face à Auch la cohésion et l’homogénéité du groupe prend le pas sur les hommes et les transcendent. En témoigne ce groupé pénétrant de plus de vingt mètres qui propulse, au terme d’un effort aussi magnifique que collectif des avants, Jalil Narjissi dans l’en-but. Agen prend alors 7 points d’avance.

Mais dans ce scénario à la Hitchcock rien ne sera épargné aux spectateurs et supporters du Stade Armandie. Quelques secondes après cet essai que l’on sait désormais salvateur, Ace Tiatia est sanctionné d’un carton jaune et quitte ses partenaires en offrant aux hommes de l’Ain une pénalité dans le camp agenais. En supériorité numérique, ils se sentent alors l’audace de prendre les trois points pour jouer la gagne sur une dernière offensive.

Irréprochable d’envie et d’enthousiasme les Agenais ne baissent pas pavillon et obtiennent à une minute du terme de cette rencontre une bonne pénalité à 35 mètres face aux perches. Jérôme Miquel entré en cours de jeu ne se fait pas prier pour donner un avantage définitif aux siens et clore la marque au tableau d’affichage, 26 à 19.

Annoncé comme inférieur à celui d’Oyonnax le huit de devant a fait preuve d’une solidité impressionnante. Christian Lanta évoquait, de façon presque prémonitoire, le vendredi précédant la rencontre que le jeu serait notre leitmotiv sur la saison, mais qu’il ne suffirait pas toujours à gagner les matchs. Certains se gagneraient avec les tripes…

Message reçu 5/5 par ses joueurs !

Image

 
< Précédent   Suivant >