Un essai presque parmi les autres…
30-10-2008
Même s’il paraît difficile de choisir un essai autrement que par des critères subjectifs, pour agen-rugby.com, celui qui reste comme l’essai marquant de ce début de saison, c’est celui de Jalil Narjissi face à Oyonnax.

A voir Jalil Narjissi tendre le bras et aplatir le ballon dans l’en-but d’Oyonnax, difficile d’en déduire que c’est pour nous, l’essai de ce début de saison. Mais rembobinons un peu le déroulé de ce match. Agen est sur ses terres d’Armandie. Nous sommes en fin de deuxième mi-temps et l’US Oyonnax est en passe de réaliser un véritable exploit. C’est pourtant à cet instant que le public sort de sa torpeur. Armandie retrouve de la voix et redonne du courage à ses guerriers. Une bonne pénalité offre au SUA LG une touche à hauteur des 22 mètres adverses. « Assurer la conquête et envoyer au large », voilà ce que tous les spectateurs ont en tête, presque fiévreux de cette fin de rencontre suffocante de suspens. Chavet bien levés par Sore et Tiatia capte le ballon puis se retourne vers son camp.

A peine son pied a-t-il touché le sol que Monribot, Narjissi, déjà lui, et le capitaine Badenhorst se joignent à son effort. Voilà que débute un groupé pénétrant. Pure folie pour les uns, véritable hérésie pour les autres dans un rugby moderne où les nouvelles règles permettent d’écrouler à loisir ce type d’offensive. Les pensionnaires de Charles Mathon ne se font d’ailleurs pas prier pour venir dans l’axe tenter d’écrouler la tentative agenaise. Mais à leur grand désespoir, poussés par un public de plus en plus fervent, les hommes de Broncan, Lanta et Deylaud rivalisent de puissance et de maîtrise. Ils avancent avec mesure et autorité, veillant à chaque instant à la justesse de leurs pas. Les corps des joueurs de l’Ain viennent buter sur les pieds agenais sans pour autant en entraver l’inexorable progression, tableau épique tout droit sortie d’un poème homérique. Chaque pas rapproche les bleus et blancs de l’exploit, chaque pas enflamme un peu plus Armandie et désarçonne encore un peu la défense adverse.

Dans les derniers mètres alors que l’exploit est tout proche, ce bijoux de groupé pénétrant se délite et voit alors jaillir de sa boîte le soldat Narjissi. Résistant à deux puis trois Oyonnaxiens, il finit à force de courage et de puissance par franchir la ligne et aplatir en terre promise. Agen repasse en tête et s’impose finalement grâce à ce qui sera l’un des plus beaux essais de la saison, par la maîtrise dégagée, la technique irréprochable mais surtout par le symbole incroyable qu’il représente. Celui d’une équipe dotée d’une envie et d’une cohésion extraordinaire, bravant les règles et les adversaires pour atteindre son objectif. Celui enfin, d’une équipe phœnix, passée par le feu et qui renaît de ses cendres…

Image

 
< Précédent   Suivant >
Share